Accueil   Réflexions d'actu   Lu, vu, entendu   Côté Privé   Côté public   Tout savoir   Écrits 
     
A la une
 Qui est Bruno Mégret
 Son parcours politique
 Ses options de A à Z
 Son autobiographie
 Ses ouvrages
 Découvrez le site du MNR

  Contacter Bruno Mégret

Discours, le 22/09/2001
Riposte au 11 Septembre
Discours devant l'ambassade d'Afghanistan - Paris Ranelagh


Mesdames, Messieurs,

Nous sommes réunis ici de façon symbolique à proximité de l’ambassade d’Afghanistan pour dénoncer le terrorisme islamique qui a frappé aux États-Unis et qui menace notre pays.

Nous sommes ici pour appeler les Français, tous les Français, à ouvrir les yeux sur la montée de ce terrible danger. Et nous demandons au gouvernement de cesser de se mettre la tête dans le sable et d’affronter avec lucidité la réalité.

Nous ne sommes pas ici pour fustiger le peuple afghan qui subit le joug des talibans. Et nous savons bien que, dans cette ambassade, ce ne sont pas les talibans qui sont présents, mais leurs adversaires, et cette manifestation n’est donc pas dirigée contre eux. Car nous sommes ici pour dénoncer à travers les talibans au pouvoir en Afghanistan l’ensemble des islamistes qui menacent la paix dans le monde et la sécurité en France.

Nous sommes ici aussi pour exprimer en cette terrible occasion notre soutien aux Américains. Parce que nous ne nous trompons pas d’ennemi, nous considérons comme légitime le principe des représailles qu’ils vont engager. Et ce soutien, qui ne change rien à notre volonté d’indépendance et à notre refus du nouvel ordre mondial, nous conduit aussi à demander aux Américains de ne plus soutenir l’islam contre les peuples européens comme ils l’ont fait en Bosnie, au Kosovo, en Macédoine et en Tchétchénie.

Mais surtout, parce que nous sommes français et que nous vivons ici en France, c’est vers les dirigeants de notre pays que je voudrais me tourner. Je voudrais demander solennellement au gouvernement et à la classe politique d’ouvrir les yeux et de prendre conscience de l’énorme erreur qu’elle a commise en laissant venir sur notre sol des centaines de milliers, des millions de musulmans. Ces politiciens, si prompts à donner aux autres des leçons de morale, ont joué aux apprentis sorciers et sont aujourd’hui pris à leur propre piège. Car ce sont eux qui ont favorisé l’islamisme et qui l’ont profondément installé chez nous.

D’ailleurs, si les États-Unis devaient réellement bombarder les pays qui abritent les terroristes, ils devraient aussi bombarder la France. Puisque, vous l’avez vu, beaucoup de ces terroristes qui ont frappé à New York et à Washington venaient d’Europe. L’un d’entre eux aurait même la nationalité française.

Comment s’en étonner ? Les actes de terrorisme du type de ceux qui ont été commis aux États-Unis, nous en avons déjà connu ici, chez nous. Cet été, par exemple, à Béziers c’est bien un terroriste qui, au nom d’Allah, a tiré avec un lance-roquettes sur les forces de police et tué le chef du cabinet du maire. Et si l’attentat a été sans commune mesure avec ce qui s’est passé à New York, il s’agit d’un acte de même nature. Un terroriste islamiste qui utilise des armes ou des méthodes de guerre pour s’en prendre aux symboles de l’État qu’il combat et pour tuer sans craindre d’être soi-même tué, c’est bien la même démarche meurtrière.

Et je ne parle pas de la terrible explosion de Toulouse dont on ne sait pas encore si elle est un accident ou un attentat. Mais, chacun doit le comprendre, l’islamisme est profondément installé chez nous ici en France. Certes, je ne dis pas que tous les musulmans sont des islamistes et des terroristes, que tous les imams ont la haine de la France et prêchent le djihad contre l’Europe. Non, ce que je veux dire, c’est qu’il n’y aurait pas d’islamisme et de terrorisme sans islam et qu’il n’y aurait pas d’islam en France sans immigration. L’islam même modéré est le berceau de l’islamisme et chez nous l’immigration est le berceau de l’islam. Et ce devrait être clair pour tout le monde : l’immigration conduit à l’islamisation qui conduit à l’islamisme, au terrorisme et à la violence.

Et voilà pourquoi il est stupide de la part de nos dirigeants d’encourager une immigration massive et incontrôlée. Il est suicidaire de faciliter et d’organiser l’installation de l’islam sur notre sol. Il est absurde de financer la construction de grandes mosquées, car même si tous leurs fidèles ou leurs imams ne sont pas, bien sûr, hostiles à la France, c’est néanmoins dans ces lieux dédiés chez nous à l’islam que se forment, se recrutent et se réfugient les islamistes. Aussi est-il scandaleux d’entendre les dirigeants de la classe politique, les Jospin, les Vaillant, les Chirac nous expliquer sur tous les tons qu’il ne faut pas faire d’amalgame et que, s’il faut combattre l’islamisme, il n’y a par contre rien à redouter de l’islam et de l’immigration.

N’ont-ils donc pas entendu la liesse qui s’est exprimée dans les cités de non-droit, dans les quartiers arabes, ici, chez nous, à l’annonce des attentats ? N’ont-ils pas observé la joie des masses musulmanes et leur soutien à Ben Laden qu’ils considèrent comme un héros? Comment ne pas voir qu’il y a derrière ces terribles événements les signes inquiétants d’un affrontement majeur, d’un choc de civilisations ?

Évidemment, il ne faut pas jeter de l’huile sur le feu. Il faut tout faire pour qu’il n’en soit pas ainsi. Bien sûr, il faut prôner la tolérance, la concorde et la paix. Mais il faut aussi se préparer au pire et agir pour qu’il ne survienne pas. Et pour cela, il faut regarder la réalité en face. C’est ce que nous faisons et je dis qu’il est temps que chacun comprenne enfin que notre pays est infiltré par une cinquième colonne islamique, qu’aujourd’hui le danger vient autant de Kaboul que de Mantes-la-Jolie, que nos cités deviennent peu à peu aussi dangereuses que celles de Palestine et que les agressions commises quotidiennement dans nos banlieues contre les policiers, les pompiers et tous les représentants de l’État préfigurent peut-être les terribles attentats perpétrés contre les tours de Manhattan.

Voilà pourquoi la lutte contre le terrorisme islamique doit commencer ici, dans notre pays. Parce qu’il y aurait quelque chose d’absurde et de criminel à voir nos gouvernants s’engager aux côtés des Américains dans des actions de représailles à des milliers de kilomètres de chez nous et ne rien faire ici chez nous pour endiguer la terrible montée de cette menace. Or, je le constate, les responsables de la classe politicienne ne font rien. Ils sont comme tétanisés. Sans doute comprennent-ils au fond d’eux-mêmes qu’ils sont pris au piège, en totale contradiction avec eux-mêmes. Comment, en effet, peut-on prétendre combattre l’islamisme d’un côté et de l’autre installer systématiquement et méthodiquement l’islam sur notre sol ?

Pourtant, ils auraient dû comprendre que l’islam n’est pas compatible avec notre culture et notre civilisation. Car déjà ils étaient pris au piège de leurs contradictions. Comment en effet peut-on par exemple vouloir assurer la promotion et l’égalité intégrale de la femme dans notre société et dans le même temps organiser le développement systématique et massif de la religion musulmane dont chacun sait qu’elle place la femme en situation d’infériorité et de subordination ?

Nous sommes donc ici pour demander que tout cela cesse, que tout cela change. Pour demander aux dirigeants de notre pays au nom de l’intérêt vital de notre peuple et de notre nation de reconnaître leurs erreurs et de changer de politique. Et, s’ils ne le font pas, pour demander aux Français de les chasser du pouvoir.

Car il faut maintenant prendre des mesures d’urgence. Il faut refouler la mauvaise immigration qui menace l’intégrité, l’identité et la sécurité de notre pays et de nos compatriotes. Il faut éradiquer les foyers islamistes. Expulser les imams intégristes, fermer les mosquées, les écoles coraniques et les librairies noyautées par les fondamentalistes musulmans. Il faut assurer à nouveau le contrôle de nos frontières et restaurer l’autorité de l’État dans les banlieues. Il faut renforcer les moyens antiterroristes de notre pays. Il faut aussi cesser de démanteler l’armée française et au contraire la rééquiper, la réarmer, et augmenter son potentiel.

Mesdames et Messieurs, cette manifestation était symbolique, organisée dans l’urgence. Mais le message qu’au nom du MNR j’y ai délivré va devoir traverser la France de long en large, toucher tous les Français du nord au sud, de l’est à l’ouest. C’est ce à quoi nous allons nous employer dans les mois qui viennent pour la campagne des présidentielles et des législatives. Car ce message du Ranelagh est essentiel à la survie de notre peuple, à la sécurité de nos compatriotes, à la pérennité de notre nation.

Il est temps que les Français ouvrent les yeux et se ressaisissent. Il y va de l’avenir de nos enfants.

Vive la France !
Imprimer cet article  


  Au revoir
  Départ de Bruno Mégret
  Toujours utile à la France
  La rupture ou le simulacre
  Réussir 2007
  L'autre scénario pour 2007
  Préparons la relève
  La crise des fauteurs de crise
  Votez non à la constitution
  Quand l'UMP vire au rose
  Pour le retour du politique
  Le MNR, le renouveau
  Les lignes de fracture
  La nouvelle donne politique
  Tenir, durer et gagner
  Vœux pour une vraie droite
  Sans extrêmisme ni laxisme
  Soutien à l'armée française
  La volonté de gouverner
  Le retour de l'histoire
  Les dangers de l'islamisation
  Fermez Sangatte
  Le choc des civilisations
  Un projet pour la France
  Déclaration de Saint Denis
  L'Europe face à l'islamisme
  Riposte au 11 Septembre
  Remettre de l'ordre en France
  Liberté et démocratie
  La relève à droite
  Pour que vive la France
  Rétablir la sécurité
  Non au désordre
  Pour la nation et la république
  Tradition et modernité
  Discours à la jeunesse
  L'atout agricole de la France
  Une vraie politique étrangère
  Pour l'Europe de la puissance
  L'excellence pour l'université


   www.Bruno-Megret.com > Écrits >  Remonter en haut de page