Accueil   Réflexions d'actu   Lu, vu, entendu   Côté Privé   Côté public   Tout savoir   Écrits 
     
A la une
 Qui est Bruno Mégret
 Son parcours politique
 Ses options de A à Z
 Son autobiographie
 Ses ouvrages
 Découvrez le site du MNR

  Contacter Bruno Mégret


Un homme se définit aussi par ce et ceux qu'il aime. Passons en revue ce que vous aimez.
Bruno Mégret : Je commencerai par l'essentiel, les miens. Ma famille. Je suis un homme comblé, par ma femme et par mes enfants. Et ce, d'autant que j'ai découvert chez mon épouse des qualités que je ne lui connaissais pas avant de l'épouser. Notamment lors de son engagement à Vitrolles-en-Provence.
Elle s'est révélée aussi comme une mère attentionnée, qui aime que ses enfants soient entourés d'autres enfants. Les cousins, les cousines, les camarades de classe, défilent à la maison. De ce point de vue, notre foyer est toujours animé et les enfants y tiennent une grande place. On peut dire que c'est chaleureux, même si c'est parfois un peu bruyant.

Mais vous avez du temps pour vous occuper de votre famille?
Bruno Mégret : J'en trouve car j'aime la compagnie de mes enfants. J'emmène mon aîné au cinéma. Il est comme moi, il aime les films d'aventure avec des héros braves et courageux. Et puis, je lui faire découvrir ce qui est beau, nous allons au Louvre, nous marchons dans la campagne, je lui apprends à reconnaître les arbres.

Et votre fille ?
Bruno Mégret : Elle a une capacité étonnante à m'attendrir, et ce depuis sa naissance. Je crois que je deviens de plus en plus père. Quant à ma femme, j'éprouve le sentiment d'être en parfaite harmonie avec elle. Ce qui ne l'empêche pas d'être indépendante. Elle m'a toujours dit qu'elle n'aimerait pas un mari qui rentre à 17 heures pour se mettre en pantoufles et exiger son dîner à heure fixe.

Et dans votre famille, comment était-ce ?
Bruno Mégret : Je suis moi-même issu d'une famille nombreuse. J'ai trois sœurs et je conserve un très bon souvenir de mon enfance. Chez nous, il se passait toujours quelque chose et le ton était à la gaieté. Nous avons d'ailleurs conservé des liens étroits. Ma mère tient beaucoup à rassembler tous les étés ses enfants et ses nombreux petits-enfants dans notre maison familiale.

On dit que votre père était un eurocrate socialiste. C'est vrai ?
Bruno Mégret : Mon père était un haut fonctionnaire français qui a été un temps en poste aux Communautés européennes. Il était plutôt de droite, mais, avant tout, dévoué au service de l'État. Dans ce domaine, il m'a beaucoup appris et m'a ouvert l'esprit sur bien des choses.

Vous aimez les gens ?
Bruno Mégret : J'aime les gens sincères, simples. J'aime la fidélité et l'honnêteté. L'intelligence ne me paraît pas une qualité suffisante.

Quels défauts détestez-vous chez les autres?
Bruno Mégret : Je n'aime pas les gens prétentieux et arrogants. Ni les gens intéressés, ceux qui agissent pour des motifs subalternes.

Et vous, est-ce que vous vous aimez ? Quelle qualité vous reconnaissez-vous?
Bruno Mégret : C'est embarrassant. Disons la faculté de m'adapter tout en restant moi-même, à l'armée, par exemple, ou à Berkeley au milieu des étudiants gauchisants des lendemains de la guerre du Vietnam.

Et votre défaut?
Bruno Mégret : Une certaine impatience. Une certaine impétuosité. Je maîtrise mes impulsions, mais je suis plus remué de sentiments que je ne le laisse paraître.

On vous reproche d'être secret ?
Bruno Mégret : Oui, c'est vrai. C'est nécessaire en politique et dans le commandement des hommes. Mais je ne suis pas duplice. Je ne dis jamais quelque chose de contraire à ce que je pense, même si je ne dis pas toujours ce que j'ai en tête. Je crois être un homme de parole.

Vous aimez parler de vous ?
Bruno Mégret : Par tempérament, je ne me jette pas à la tête des journalistes - ni de personne, d'ailleurs - pour leur raconter ma vie. Je suis discret, pour le meilleur et pour le pire. Mais plus je prends de l'âge et plus j'accorde de l'importance à mes goûts et aussi aux sentiments que je porte aux gens et aux choses.



   www.Bruno-Megret.com > Côté privé > Ceux qu'il aime Remonter en haut de page